Source: Flickr/farm3
 

L’ESPAGNE : UN MARCHÉ PHARMACEUTIQUE SPÉCIFIQUE

En 2013, le marché espagnol des produits pharmaceutiques était le dixième plus grand marché au monde. Comme dans beaucoup de pays, l'espérance de vie de la population espagnole ne cesse d'augmenter, et cette population est de plus en plus malade. Les maladies chroniques jouent ici un rôle particulier et les coûts des traitements, qui ne sont plus pris entièrement en charge par les caisses d'assurances maladie, augmentent en conséquence.

Le marché des produits dans le Consumer Healthcare Market prend lui aussi de plus en plus d'importance. Deux choses influencent entre autres ce segment de marché : d'une part, la tendance en Espagne est à l’automédication, d'autre part, une partie des médicaments et des soins n'est plus prise en charge par la santé publique. D'autres facteurs viennent également influencer le marché pharmaceutique espagnol : la prescription de plus en plus répandue de génériques, la réduction des dépenses pour les produits pharmaceutiques et le contrôle par le gouvernement du budget pharmaceutique à un niveau central et régional.
Un simple regard sur les chiffres montre que les dépenses de produits pharmaceutiques ont chuté entre 2010 et 2012. La raison réside dans la nouvelle législation qui a suivi la crise économique, et avec laquelle le gouvernement a entériné en 2010 et 2011 une réduction du prix des produits pharmaceutiques dans le système public. En combinaison avec le budget pharmaceutique déjà réduit, le volume du marché s’est effrité de plus de six pour cent par an. En 2012, le chiffre d'affaires a même subi un net recul suite à d'autres réductions. Suite à une année 2013 stable, il a augmenté en 2014 pour atteindre près de 18 500 millions d'euros l'an passé. Mais le plus important, c’est que le marché des génériques n'a cessé de croître durant toute cette période. Ici aussi, il convient d'examiner les choses de plus près, car au cours des quatre dernières années, la part des produits de marque dans le secteur pharmaceutique a reculé de 18,4 pour cent, tandis que la part de génériques a augmenté de 45,9 pour cent. Les génériques représentent maintenant 40 pour cent des boîtes vendues, une tendance qui se poursuivra au cours des prochaines années et qui augmentera la pression sur les prix.